Presse

« Vous ne savez pas ce qu’est le SDIS ? Rassurez-vous, cela va changer »

Dans une tribune adressée à la Gazette, Olivier Richefou, président du conseil départemental de la Mayenne et de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours (CNSIS), préconise de changer l’acronyme SDIS au profit d’un nouveau.

« Nous sommes tous reconnaissants envers les sapeurs-pompiers, nos soldats du feu devenus par la force des choses, soldats de la vie, prêts à mettre leurs vies en danger pour protéger les nôtres et celles de nos proches, fidèles à leur devise « Sauver ou Périr ». S’il fallait encore un exemple, la crise que nous traversons ne cesse de nous le démontrer.

Nous sommes aussi fortement attachés à nos pompiers car ils appartiennent au quotidien de nos villages, de nos villes et de nos métropoles : leurs casernes maillent nos territoires urbains et ruraux.

Néanmoins, pour être reconnaissants à la hauteur de leurs sacrifices, il nous faut pouvoir y voir clair et savoir qui ils sont.

Qui sait qui finance ces casernes, et ces hommes et femmes d’une bravoure hors norme ? Qui sait qui assume la logistique financière et administrative de chaque caserne ? Qui a l’autorité des pompiers ? De qui répondent-ils ?

Voulons-nous encore de l’imbroglio politico-administratif qui pèse sur le quotidien des Français et dont eux, ne veulent plus ?

Si nous devions faire un sondage aujourd’hui, qui saurait ce qu’est un SDIS ?

Les SDIS sont des établissements publics qui gèrent les sapeurs-pompiers, le Conseil d’Administration est présidé de droit par le Président du Conseil départemental, car il s’agit du premier financeur. Les SDIS sont également soumis à l’autorité opérationnelle exercée par le Préfet.

En somme, les SDIS sont les pompiers, mais cet acronyme est propre à une technocratie très lointaine des préoccupations des Français. Il prive parfois la reconnaissance de certains, empêche d’autres de trouver l’interlocuteur dont ils ont besoin, dans une situation d’urgence. Les SDIS ne permettent pas de savoir qui sont les pompiers et qui financent les pompiers, ici réside l’enjeu.

Pourtant, les Français demandent une meilleure lisibilité des différentes politiques, une simplification concrète, répondant à leurs besoins. Nous leur devons ça, car il ne s’agit pas d’un établissement public comme un autre, mais bien de celui à même de sauver nos vies.

C’est dans cet esprit de reconnaissance envers nos pompiers et envers nos élus qui sont la clef de voute administrative et financière de notre modèle de sécurité civile que les SDIS, véritable acronyme technique et sans chair devraient être renommés : les Services Départementaux des Pompiers.

Cette proposition trouvera sa place dans le cadre de l’étude de la proposition de loi visant à consolider notre modèle de sécurité civile et à valoriser le volontariat des sapeurs-pompiers portée par les Députés Fabien Matras et Pierre Morel à l’Huissier.

J’ai confiance en nos parlementaires pour permettre aux pompiers d’être identifiés et reconnus à la hauteur de leurs engagements.»

Via
Hervé Jouanneau
Source
La Gazette des communes
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page

Adblock détécté

Bloqueur de publicité détecté. Merci de le désactiver afin de poursuivre sereinement la visite de ce site