Actualités
A la Une

Vaccination : les sapeurs-pompiers appelés en renfort

Un décret du 11 mars autorise les sapeurs-pompiers à injecter les vaccins, pour faciliter le déploiement de la campagne de vaccination contre la covid-19. La mesure avait été annoncée par Jean Castex lors de sa conférence de presse du 4 mars. Certaines conditions sont toutefois posées.

CHIFFRES-CLÉS
  • 41 400 sapeurs-pompiers professionnels (16%)
  • 198 800 sapeurs-pompiers volontaires (79%)
  • 12 800 militaires (5%)
  • 6227 casernes
  • 12 523 membres du service de santé et de secours médical (SSSM) civil dont 3 724 Médecins, 7 843 Infirmiers

(source ministère de l’Intérieur, 2020)

Jean Castex l’avait affirmé lors d’une conférence de presse jeudi 4 mars : il faut intensifier la stratégie vaccinale face à une “course contre la montre contre l’épidémie”. Dans ce but, le Premier ministre avait annoncé que les pompiers, déjà impliqués depuis l’été dernier dans le dépistage du Covid, seraient mis à contribution pour aider à la vaccination.

« Face à l’urgence, les sapeurs-pompiers sont prêts et se tiennent à la disposition des autorités » avait aussitôt réagi la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

C’est maintenant possible avec la parution au Journal officiel, 12 mars, d’un décret.

Qui est concerné ?

Les professionnels visés par ce décret sont :

  • les sapeurs-pompiers professionnels et volontaires titulaires de la formation d’équipier dans le domaine d’activité du secours d’urgence aux personnes ;
  • les sapeurs-pompiers de Paris titulaires de leur formation élémentaire en filière “sapeur-pompier de Paris” (SPP) ou filière “secours à victimes” (SAV) ou titulaires de leur formation élémentaire en filière “spécialiste” (SPE) ;
  • les marins-pompiers de Marseille détenant le brevet élémentaire de matelot pompier (BE MOPOMPI) ou le brevet élémentaire de pompier volontaire (BE MAPOV) ou le brevet élémentaire de sécurité et logistique (BE SELOG) ;
  • les sapeurs-sauveteurs des formations militaires de la sécurité civile de la DGSCGC titulaire de la formation élémentaire de la filière “force protection secours”.

Que sont-ils autorisés à faire exactement ?

A l’exception des personnes ayant des antécédents de réaction anaphylactique à un des composants de ces vaccins ou ayant présenté une réaction anaphylactique lors de la première injection, ces professionnels peuvent vacciner toute personne.

Mais à condition que l’injection soit faite sous la responsabilité d’un médecin pouvant intervenir à tout moment et qu’ils aient suivi une formation spécifique à la réalisation de cet acte, dispensée et attestée par un professionnel de santé formé à l’administration des vaccins.

Quels vaccins ?

Ce décret précise que les vaccins pouvant être injectés sont :

  • les vaccins à acide ribonucléique (ARN) messager :
    • le vaccin à ARNm COMIRNATY (BNT162b2) des laboratoires Pfizer/BioNTech ;
    • le vaccin Moderna Covid-19 mRNA.
  • le vaccin Covid vaccine AstraZeneca.

D’ores et déjà, les SDIS se mettent en rang pour former leurs équipes. Ce vendredi 12 mars, jour de parution du décret, le SDIS de l’Hérault organise sa première formation sous le contrôle du médecin-chef du service.

Via
La gazette des communes
Source
Hervé JouanneauLéna Jabre
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détécté

Bloqueur de publicité détecté. Merci de le désactiver afin de poursuivre sereinement la visite de ce site