Presse

Des pompiers dijonnais dénoncent du harcèlement sexuel et propos sexistes au SDIS 21

Les pompiers de Dijon rassemblés devant la caserne de Transvaal pour dénoncer le harcèlement

Le syndicat autonome des pompiers de Côte-d’Or appelait à un mouvement de grève et à un rassemblement ce jeudi matin devant la caserne du Transvaal à Dijon. Il dénonce des faits de harcèlement et de propos sexistes. Une vingtaine de personnes auraient témoigné après en avoir été victime.

C’est le cas d’une femme pompier volontaire de 27 ans qui a fait déborder le vase. Cette agent administrative dénonce “des comportements plus que déplacés” de la part de ses responsables hiérarchiques et se dit victime du harcèlement au quotidien.

Des faits graves, que dénonce Matthieu Brégand, le président du Syndicat autonome“Ces faits ce sont des caresses dans les cheveux, dans le dos, des propositions, c’est se frotter contre elle entre deux camions, c’est tout ça et donc elle a dit stop!” Mais l’administration du SDIS ne veut rien entendre, regrette le syndicaliste, “on a rencontré la direction la semaine passée mais il ne s’est rien passé, ce n’est pas la priorité c’est ce qu’on a nous a dit, mais pour nous c’est une priorité car des gens souffrent et on aurait préféré éviter porter plainte mais c’est ce qui va être fait par l’agente.”

Une situation récurrente ?

Ces faits n’ont jamais été pris au sérieux, d’où le rassemblement de ce jeudi 18 février à Dijon. Car depuis leur révélation, une quinzaine de personnels du Service Départemental d’Incendie et de Secours de Côte-d’Or (SDIS 21) a apporté d’autres témoignages rejoignant ces accusations de harcèlement. Éléonore, c’est un prénom d’emprunt, travaille au SDIS, elle même a été victime de harcèlement par le passé et déplore le déni de son institution.

la direction du SDIS dément avec fermeté

Avec cette action, le syndicat autonome des pompiers de Côte-d’Or entend dénoncer au grand jour “ces agissements intolérables. Il attend de sa direction la plus grande fermeté. Une direction qui dément dans un communiqué, “tout harcèlement” et “condamne fermement cette campagne publique de dénigrement”. Le SDIS 21 précise que la collaboratrice à l’origine de cette affaire, “a déjà été sanctionnée pour des problèmes de comportement” et que “son intégration au sein de l’équipe est toujours difficile tout comme son autonomie sur son poste” fin de citation. Pour le moment aucune plainte n’a été déposée.

Difficile de porter plainte

Mais déposer plainte n’est pas si aisé, témoigne Benoit, lui aussi a choisi de garder l’anonymat, après avoir été victime de discriminations, il était dans la rue ce jeudi matin. “Etre mis plus bas que terre, fait qu’on se sent isolé et malgré mes recours, la direction ne m’a jamais entendu. Ça nous fait douter et on cherche plutôt la fuite. Très sincèrement je n’avais pas la force ni l’énergie de faire de nouveaux recours.”

 

Via
France Bleu Bourgogne
Source
Christophe TournéStéphanie Perenon
Afficher plus

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détécté

Bloqueur de publicité détecté. Merci de le désactiver afin de poursuivre sereinement la visite de ce site