4/10/2014
Jacques

Réforme territoriale et Sdis : Bernard Cazeneuve cherche à rassurer les pompiers

par Le Courrier, AFP
le-ministre-ferme-mais-rassurant-face-aux-pompiersMalgré l’avenir incertain des conseils départementaux, le département comme échelle d’organisation des services d’incendie et de secours sera préservé, a assuré le ministre de l’Intérieur le 3 octobre devant les pompiers réunis en congrès à Avignon. Mais les Sdis devront progresser dans la mutualisation de leurs moyens, a-t-il prévenu.

Les financements alloués aux pompiers et leur organisation départementale ne seront pas remis en cause, a assuré le 3 octobre le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, aux pompiers réunis en congrès à Avignon, cherchant à les rassurer en plein débat sur la réforme territoriale.

« Il n’a jamais été question de remettre en cause les départements. Les départements ne disparaîtront pas, même si les conseils départementaux devaient disparaître », a déclaré Bernard Cazeneuve au cours d’une table ronde sur l’organisation territoriale des pompiers.

L’échelon départemental reste la référence

« Pas de risque de voir le département remis en cause comme échelle d’organisation », a-t-il répété devant plusieurs centaines de pompiers, fustigeant ceux qui jouent sur les « peurs ». L’échelon départemental ne sera pas supprimé car « le modèle français repose sur le fort engagement des volontaires et que l’enracinement de nos services dans les territoires est indispensable si nous voulons réussir la poursuite et le maintien de ce modèle », a-t-il dit.

Tout en assurant qu’« il n’y aura pas de remise en cause des financements alloués », le ministre a évoqué le besoin de mutualiser les moyens. Un piste que la Cour des comptes avait fortement préconisée en décembre dernier dans un rapport sur la mutualisation des services d’incendie et de secours  (Sdis).

Eviter « doublons «  et « suréquipement »

« Des mutualisations sont sans doute possibles et des orientations stratégiques nouvelles opportunes », a indiqué Benard Cazeneuve aux quelque 3 000 pompiers réunies dans cette assemblée. « La politique d’équipement de nos forces ne peut pas résulter de la juxtaposition de la politique d’équipement de chaque Sdis », a-t-il ensuite expliqué à la presse, appelant à « éviter les doublons, le suréquipement » et à « financer les équipements qui manquent ».

Les 245 000 pompiers français dépendent de 98 Sdis financés par les conseils généraux et les communes. Ils sont placés sous la double autorité du préfet, pour la gestion opérationnelle, et du président de leur conseil d’administration, pour la gestion administrative et financière.

Réunis en congrès jusqu’au 4 octobre, les pompiers s’inquiètent du sort qui va être réservé à leur maillage départemental à l’heure d’un big-bang territorial qui semble devoir profiter aux régions. Bernard Cazeneuve doit revenir ce samedi pour prononcer le discours de clôture du congrès.

A lire également : Le Dauphine Libéré