5/12/2013
Jacques

Question N° : 35034 de M. Boudié Florent ( Socialiste, républicain et citoyen – Gironde )

Question N° : 35034 de M. Boudié Florent ( Socialiste, républicain et citoyen – Gironde )

Texte de la question

M. Florent Boudié attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur sur les conséquences pour les services départementaux d’incendie et de secours (SDIS) de la récente mise en demeure de la France par la Commission européenne pour la mise en application de la directive n° 2003/88/CE concernant l’aménagement du temps de travail.
Si la France devait se mettre en conformité sans aucun aménagement, cela aurait de graves conséquences sur l’organisation des SDIS. En effet, la grande majorité des pompiers professionnels pratiquent des gardes de 24 heures et beaucoup sont logés par le service, dans une volonté de renforcer le potentiel opérationnel quotidien. L’alignement sur le volume maximum voulu par la Commission de 2 256 heures induirait ainsi une perte de temps de présence, soit l’équivalent de nombreux ETP. Aussi il lui demande quelles sont les évolutions envisagées par le Gouvernement afin de préserver le bon fonctionnement de ce service public de qualité tout en prenant en compte la décision de la Commission.

 Texte de la réponse

La France a été mise en demeure, par la Commission européenne, de mettre en conformité le décret n° 2001-1382 du 31 décembre 2001 relatif au temps de travail des sapeurs-pompiers professionnels (SPP) avec la directive européenne 2003/88/CE du 4 novembre 2003 portant sur la santé et la sécurité au travail. En effet, afin de respecter les termes des articles 17-3-c et 19 premier alinéa de la directive, la période de référence du calcul du temps de travail doit se vérifier sur une base semestrielle et non annuelle telle qu’actuellement prévue par l’article 4 du décret précité, avec un plafond semestriel à ne pas dépasser de 1128 heures de travail effectif. Il convient d’entendre par travail effectif l’ensemble des heures auxquelles est assujetti le SPP, y compris celles d’inaction. Ce plafond de 1128 heures semestrielles de travail effectif sera également applicable à terme aux SPP bénéficiaires d’un logement en caserne. Consciente du contexte budgétaire actuel et des impacts organisationnels qu’emportent les non conformités reconnues par la Commission européenne, la France négocie, comme le rappelle la question, un calendrier de mise en conformité échelonné sur trois ans. Le Gouvernement est attentif à ce que la possibilité de recourir à la garde de 24 heures, dans le respect des prescriptions de la directive européenne portant sur la santé et la sécurité au travail, offerte aux services départementaux d’incendie et de secours, puisse être maintenue. Le Gouvernement défend également auprès de l’Union européenne le modèle français de secours et préconise que la future directive européenne portant sur la santé et la sécurité des travailleurs exclue expressément de son champ d’application les activités volontaires exercées dans le domaine de la protection civile, activités définies par le code de la sécurité intérieure « comme reposant sur le volontariat et le bénévolat et (n’étant) pas exercée(s) à titre professionnel, mais dans des conditions qui lui sont propres ».

Question publiée au JO le : 30/07/2013  page : 8067
Réponse publiée au JO le : 03/12/2013  page : 12721

Actualités complémentaires